Acceuil - Homewww.Site-Molière.com
Shop À Vous! Plan Assistance Messages Concordance

Le Malade imaginaire
 
Prologue
Acte I
Ier intemède
Acte II
 scène 1
 scène 2
 scène 3
 scène 4
 scène 5
 scène 6
 scène 7
 scène 8
 scène 9
2nd intemède
Acte III
3ème intemède
 

Le Malade imaginaire

Scène II

ARGAN, TOINETTE, CLÉANTE.

ARGAN: Monsieur Purgon m'a dit de me promener le matin dans ma chambre, douze allées, et douze venues; mais j'ai oublié à lui demander si c'est en long, ou en large.

TOINETTE: Monsieur, voilà un.

ARGAN: Parle bas, pendarde: tu viens m'ébranler tout le cerveau, et tu ne songes pas qu'il ne faut point parler si haut à des malades.

TOINETTE: Je voulais vous dire, Monsieur.

ARGAN: Parle bas, te dis-je.

TOINETTE: Monsieur.
Elle fait semblant de parler.

ARGAN: Eh?

TOINETTE: Je vous dis que.
Elle fait semblant de parler.

ARGAN: Qu'est-ce que tu dis?

TOINETTE, haut: Je dis que voilà un homme qui veut parler à vous.

ARGAN: Qu'il vienne.
Toinette fait signe à Cléante d'avancer.

CLÉANTE: Monsieur.

TOINETTE, raillant: Ne parlez pas si haut, de peur d'ébranler le cerveau de Monsieur.

CLÉANTE: Monsieur, je suis ravi de vous trouver debout et de voir que vous vous portez mieux.

TOINETTE, feignant d'être en colère: Comment "qu'il se porte mieux"? Cela est faux: Monsieur se porte toujours mal.

CLÉANTE: J'ai ouï dire que Monsieur était mieux, et je lui trouve bon visage.

TOINETTE: Que voulez-vous dire avec votre bon visage? Monsieur l'a fort mauvais, et ce sont des impertinents qui vous ont dit qu'il était mieux. Il ne s'est jamais si mal porté.

ARGAN: Elle a raison.

TOINETTE: Il marche, dort, mange, et boit tout comme les autres; mais cela n'empêche pas qu'il ne soit fort malade.

ARGAN: Cela est vrai.

CLÉANTE: Monsieur, j'en suis au désespoir. Je viens de la part du maître à chanter de Mademoiselle votre fille. Il s'est vu obligé d'aller à la campagne pour quelques jours; et comme son ami intime, il m'envoie à sa place, pour lui continuer ses leçons, de peur qu'en les interrompant elle ne vînt à oublier ce qu'elle sait déjà.

ARGAN: Fort bien. Appelez Angélique.

TOINETTE: Je crois, Monsieur, qu'il sera mieux de mener Monsieur à sa chambre.

ARGAN: Non; faites-la venir.

TOINETTE: Il ne pourra lui donner leçon comme il faut, s'ils ne sont en particulier.

ARGAN: Si fait, si fait.

TOINETTE: Monsieur, cela ne fera que vous étourdir, et il ne faut rien pour vous émouvoir en l'état où vous êtes, et vous ébranler le cerveau.

ARGAN: Point, point: j'aime la musique, et je serai bien aise de. Ah! la voici. Allez-vous-en voir, vous, si ma femme est habillée.


Revenir Haut Continuer

   Site-Molière (1996-2004)